Témoignages

Témoignages de proviseurs, de professeurs et d’élèves utilisant la médiathèque

  • Rayan, Terminale C au lycée Mixte Antsiranana (2016):

DSC_5829« J’ai consulté la médiathèque EDUCMAD et ça m’a beaucoup aidé. J’ai enregistré les documents sous format html et je les ai imprimé chez moi pour réviser. J’ai traité les exercices régulièrement. Grâce à cela, j’ai beaucoup progressé en mathématiques. »

 

  •  RAJOELY Kenny, classe de Terminale A au lycée Akamasoa Manantenasoa (2015)

Témoignage de Kenny lors de l'inauguration du partenariat Fondation Telma/EDUCMAD

« La médiathèque me sert à approfondir mes connaissances en matières scientifiques notamment en maths, physique chimie et SVT. Elle me permet aussi de traiter des sujets tant faciles que difficiles. Elle m’aide aussi dans ma lecture grâce aux documents électroniques qu’elle contient. De ce fait, elle m ‘aide à enrichir mes connaissances en vocabulaires sans devoir hypothéquer des livres. »

 

  • ANDRIAMAHERY RAOELISON Théophile Jean, Proviseur du Lycée Public Ambatomena Mananara (2015)
Proviseur du lycée Ambatomena
Proviseur du lycée Ambatomena

« Le lycée Ambatomana travaille avec EDUCMAD depuis maintenant 8 ans. L’utilisation de la médiathèque au sein de notre établissement a un impact très positif sur le résultat scolaire. Il y avait déjà eu une époque où le résultat au baccalauréat a attéint les 90%. D’ailleurs, jusqu’à maintenant, ce résultat n’est jamais descendu en dessous des 60%. Pour son utilisation, les élèves de chaque niveau passent en moyenne 2heures par semaine dans la salle médiathèque. Certains enseignants encadrent leurs élèves tandis que d’autres encouragent l’autoapprentissage. Pour que ce projet médiathèque soit vraiment pris au sérieux par tous les acteurs concernés, un rapport annuel est communiqué aux parents des élèves concernant son utilisation. Le lycée est toujours prêt à continuer la collaboration pour les prochaines années à venir. « 

  •  ANDRIANARIMANANA Harifidy Herizo Dominique,Terminale D, Lycée Public Ambatomena Mananara (2015)
Copie de DSCN8249 (Small)

ANDRIANARIMANANA Harifidy Herizo Dominique Terminal D lycée Ambatomena

« J’ai découvert la médiathèque électronique depuis que je suis au lycée Ambatomena Mananara. Cela fait donc maintenant trois ans que je l’utilise. Je la consulte surtout pour faire des exercices, pour traiter des sujets d’examen ou juste pour recueillir des explications supplémentaires aux cours. Je trouve que c’est une méthode plus intéressante pour étudier grâce aux animations et vidéos qu’elle contient. Je pense aussi qu’elle nous aide beaucoup dans la préparation de nos études supérieures. Je me sens tellement chanceux d’avoir la médiathèque dans mon  lycée. »

 

  •  RAMAROSON Noroharimanana, Professeur de mathématiques au Lycée Jean Joseph Rabearivelo (2014)

Utilisant la médiathèque depuis maintenant trois années successives, elle nous illustre les bienfaits que ça lui a procurés.

  •  RIVOSOA Tiana Baholy,  1ére S1 lycée Analamahintsy (2013 – 2014)

Utilisant la médiathèque depuis seulement un trimestre, elle nous donne son avis la dessus.

RALALARIVONY Faravololoniaina (Professeur de SVT en 2° et terminale D au Lycée moderne d’Ampefiloha)

« Dès 2005, j’ai découvert la médiathèque LAPA SIANSA et depuis cette date je l’utilise régulièrement à raison de 2 heures par semaine pour mon cours de SVT. Plus précisément, mes 2 classes de seconde, qui totalisent environ 100 élèves malgaches, s’en servent. Les élèves de Terminale D (environ 99 élèves) ne l’utilisent que quelques fois car nous devons absolument finir les programmes scolaires avant le BAC. Quant à moi, j’utilise la médiathèque comme Travaux Pratiques pour les élèves. Parfois je leur donne un thème et leur demande de le rechercher dans la médiathèque. Par exemple, la constitution des cellules. Les élèves apprécient surtout les illustrations et les expériences. Il ne faut pas oublier, qu’ici à Madagascar nous avons très peu de livres et quasiment pas de laboratoire pour réaliser des expériences. Grâce à la médiathèque, les élèves commencent à vraiment aimer la SVT. D’ailleurs la plupart de mes élèves de seconde ont choisi la série scientifique en première et en terminale. Je suis sûre que sans la médiathèque, ils se seraient tournés vers une filière littéraire. Or Madagascar manque d’ingénieurs ».


  • Mr Rivo, professeur de Physique Chimie en 3°, 2° et terminale au Lycée d’Andoharanofotsy près de Tananarive

« J’ai découvert la médiathèque en 2006 et depuis cette date, je la pratique. Ensuite j’ai adhéré à l’association malgache LAPA SIANSA. La médiathèque, c’est la bibliothèque électronique et aussi une sorte de documentation et d’expérimentation pour les élèves. Pour les professeurs, la médiathèque facilite le travail en évitant de faire beaucoup de préparation. Par rapport aux années précédant 2006, elle permet aussi de montrer l’évolution de l’enseignement, qui ne se limite plus aux seuls cours magistraux. C’est aussi un précieux complément interactif pour la pédagogie et un bon moyen d’améliorer l’effectif des séries C et D, en poussant les élèves à s’intéresser à des matières scientifiques. Auparavant, ils avaient tendance à délaisser ces disciplines. En fait nous consultons la médiathèque 2 fois par semaine par groupe de 15 élèves de 2°. Les terminales ne l’utilisent que pendant les heures creuses, comme la récréation. J’ai deux phases pour mes élèves : d’abord une première d’initiation et de navigation, ensuite une autre de démonstration. Aussi j’explique le cours dans la classe et ensuite j’emmène les élèves dans la salle où se trouve la médiathèque. Mes élèves sont plus passionnés par les illustrations animées que par les textes. En plus ils prennent plaisir à voir toutes les animations comme par exemple la chute libre des corps et en plus cella les aide à la mémorisation ».


  • SAHONDRA Fina (Professeur de SVT en Première et Terminale C et D au Lycée d’Andoharanofotsy)

« Depuis 2006, je commence à utiliser la médiathèque de LAPA SIANSA. Je donne aux élèves des thèmes et des exercices selon les chapitres à étudier, par exemple l’étude morphologique. J’encadre la salle de médiathèque pendant 2 heures par classe et par semaine. Les documents avec animations sont plus intéressants que les textes pour les classes de Première. En effet les polycopier ne peuvent pas évidemment reproduire l’animation. En plus sur la médiathèque nous avons accès à une multitude d’images en couleur. Pour consulter la médiathèque, mes collègues disposent d’emplois du temps et de cahier de charge. En l’absence de laboratoire et de photos d’exposition, cet outil en ligne unique est formidable. Aussi j’utilise la médiathèque comme partie de cours car elle est consacrée aux programmes malgaches. A la fois Lycée et collège, notre établissement envoie même les élèves de 4è et de 3è consulter la médiathèque, pour les cours de SVT. Le bilan de ce projet éducatif est déjà encourageant et positif. A la rentrée 2006-2007, notre lycée comptait 3 classes Terminale A, 2 en terminale D et 1 en Terminale C. Après l’existence de la médiathèque, soit à la rentrée 2007- 2008, nos classes en série scientifique augmentent. En effet nous comptons toujours 1 Terminale C, mais cette fois 3 classes de Terminale D et 1 Terminale A ».


  • RANDRIATSIROMBAKA Tojoniaina (Terminale D – Lycée FJKM Ambohitrimanjaka)

« J’ai utilisé la Médiathèque depuis la classe de 2nd jusqu’en terminale (2005-2008). Je l’ai consulté au lycée uniquement durant 2 heures par semaine. Pendant cette durée, je prends des notes et parfois j’imprime certains documents pour pouvoir les étudier à la maison. Pour ma part la Médiathèque était complémentaire à mes cours : je peux avoir plus d’explication et plus illustration animée sur des sujets que je ne comprend pas très bien, par exemple les mouvements cellulaires en SVT. Pendant ces périodes d’études au lycée, je trouve que la médiathèque m’a beaucoup aidé pour la préparation de mes examen de passage et le bac que j’ai eu cette année2008 ».


  • Eddiak (étudiant classe de 1ère du LYCEE MADECASSE et membre de l’association TANORA MIJORO)

« Depuis 2006, je connais la médiathèque et je le consulte en moyenne 3 fois par semaine pour mes études surtout les expériences de Physique dans le domaine de la mécanique (comme la mouvement d’un mobile). Mais aussi pour étudier des formules chimiques, par exemple les composés aromatiques et les principes semi développés dans la chimie organique. Pour les SVT, la médiathèque est très utile pour étudier par exemple les devenirs des nutriments, à travers les expériences. Justement je les enregistre sur des disques amovibles en regardant le site à la maison sur un ordinateur prêter par l’association TANORA MIJORO dont je suis membres ou dans des cybers café. Alors j’imprime les exercices et certaines leçons, car ils sont complémentaires des cours des professeurs. J’utilise la médiathèque quand je n’arrive pas à comprendre l’explication du professeur. J’y trouve des illustrations et des expériences me permettant de vérifier ce que le professeur veut démontrer. A Madagascar, nous n’avons ni laboratoire ni livre scolaire. Nous sommes donc obligés de chercher ailleurs pour trouver des informations complémentaires à nos études. Heureusement que la médiathèque est là pour nous aider ! »