Le constat

Améliorer et promouvoir l'éducation scientifique et technique à Madagascar

Un enseignement mal adapté aux besoins du pays

À Madagascar, régulièrement classé dans les 12 premiers pays les plus pauvres de la planète, presque la moitié de la population a moins de 18 ans. Aujourd’hui, le pays manque encore d’ingénieurs, de techniciens, d’informaticiens et de chercheurs scientifiques capables de mettre en valeur les richesses naturelles du pays.

Malheureusement, du fait de son extrême dénuement, le système scolaire produit majoritairement des littéraires et autres filières pour lesquelles les jeunes auront le plus grand mal à trouver un débouché.

Les raisons de cette désaffection tiennent essentiellement au manque de moyens : très peu de manuels scolaires disponibles et encore moins d’équipements en état de marche pour faire des travaux pratiques. La Physique, la Chimie ou encore les Sciences Naturelles sont donc enseignées comme la Philosophie, de façon purement théorique et uniquement sous forme de cours magistraux. Les élèves essaient d’apprendre par cœur et personne ne cherche à comprendre comment ce qui est enseigné pourrait servir au développement du pays. De plus, dans tout l’enseignement secondaire, y compris en Terminale, les classes sont très souvent surchargées, avec plus de 50 élèves en moyenne !

La priorité des autorités malgaches étant plus généralement centrée sur l’enseignement primaire, nous avons décidé de réagir et de contribuer le mieux possible à un changement de cette situation. Pour cela, nous mettons en place des moyens éducatifs basés sur les nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement : il s’agit d’une médiathèque électronique que nous installons dans les lycées.

Accessibility
Skip to content